Journal de bord du Belize

 

dsc8618.jpg

 Le 21 Novembre 2011

Belize nous voici ! Enfin pas avant une petite embrouille en sortant du Mexique. Le douanier qui devait nous récupérer les visas touristiques, qui nous ont demandé tant de kilomètres, n'a pas compris que la date inscrite était celle de l'émission du titre et donc il a essayé de nous soutirer la taxe d'entrée pour la sortie !! 600 pesos, rien que ça ! petit énervement qui se transformait en gros énervement et qui l'a fait plier. Pour finir il nous a dit que tout était ok, ok ( ce qui était le cas) et on est parti. 

Avant d'entrer au Belize, souscription de l'assurance obligatoire (grrrrrrr !!!!) 450 pesos pour 1 mois et 11 pesos pour la désinfection des roues de notre véhicule. Peskebrel a les pieds tout propres ! Le passage de la frontière bélizéenne se passe comme celle des USA ; beaucoup de questions : pourquoi, comment , combien de temps, chez qui ... etc, etc, et comme aux USA on a du mettre nos oranges à la poubelle ( ce ne sont pas des tomates, seule différence). En même temps, ces questions ne nous dérangent pas, voire on trouve cela assez normal.

dsc8624.jpg

Direction le petit village de Sartaneja entre Corozal et Orange Walk. Il faut chaud et humide et nous retrouvons avec plaisir nos amis les moustiques ! je plaisante bien sûr !!.  Les paysages ont changé aussi, nous sommes dans la jungle avec ses gekos, ses perroquets, et ses MOUSTIQUES !  les maisons ne sont plus les mêmes, fini le style mexicain, on trouve ici un style plus travaillé, plus classieux avec des maisons sur pilotis, à plusieurs étages ....

dsc8639.jpg


Nous attérissons dans un "camping" (pourtant ce n'est pas notre genre !) tenu par Nath et Ed, le Backpakers, que nous conseillons vivement. Un endroit tranquille avec des jeunes gens tranquilles. Alors on profite, on se met dans les hamacs et on attend un peu que ça se passe. Avec la connexion internet, nous mettons pas mal de choses à jour, dont une petite entrevue Skype avec ma ptite maman ! Ouh que ça fait du bien ! 

dsc8622-1.jpg

 

 Le 24 Novembre 2011


dsc8624-1.jpg

Sartaneja est un village de pêcheurs de 2000 habitants environ. Une Main Street, plusieurs épiceries, son poste de police d'où émane du reggae à tue-tête et 10 églises catholiques de confessions différentes ! La population est sympathique et très souriante, cela nous rappelle le Mexique.

      dsc8644.jpg dsc8648.jpg

Nathalie et Edouard essaie de promouvoir une activité bio et écologique. Ils ont une « Forestfarm » dans laquelle ils ont planté des arbres fruitiers et de la pâture pour leurs chevaux : tout pousse à l’intérieur du « bush », c’est-à-dire la jungle, dans laquelle ils ont défriché pour laisser une place à leurs plantations. Ils ont même mis à jour un puits maya. Pas de pesticide ou d’herbicide quelconque : c’est « la nature qui travaille pour toi » dixit Ed. Le fait de brûler un peu de branchage fait tout à fait l’affaire. Et dans cette forêt ils replantent des acajous et en donnent aux gens du coin pour que eux aussi en replantent, ainsi l’année dernière c’est 200 arbres qui ont été replanté. L’acajou était une variété très présente ici mais la mode a eu raison de lui et c’est la déforestation qui a gagné. Nathalie, pour ses tomates, fabrique elle-même son pesticide : à base d’arbuste de la région, le Madre de Cacao (aucun rapport de près ou de loin avec le chocolat !). Il faut moudre 1 livre de feuille, la faire tremper une nuit dans de l’eau avec de la chaux pour obtenir 1 litre de préparation à diluer ; au total 80 litres de pesticide 100% NATUREL !

dsc8636.jpg

Edouard lui fait construire un bateau par un artisan du village, Juan. Juan utilise les anciennes méthodes de construction, avec du bois de la région : acajou, negro et cedro ; il utilise aussi un époxy bio de Californie, de la toile de lin. Ce sera un bateau magnifique dans lequel leurs futurs clients pourront peut-être naviguer. Ils tentent d’éduquer ou de rééduquer les gens de la région à ces techniques naturelles. Bref, ce lieu est un vrai lieu d’échange où nous apprenons beaucoup de choses de la part de passionnés. 

On met le lien de leur site et vraiment si vous passez au Belize, allez y faire un petit tour vous serez reçus avec beaucoup de simplicité et de gentillesse et tout, et tout ...  http://backpackers.bluegreenbelize.com/

dsc8650.jpg


 Le 01 Décembre 2011

dsc8655-1.jpg dsc8672-1.jpg dsc8693.jpg

dsc8675-1.jpg

Ahhh !!! Orange Walk ….. Bon, rien à dire ! Sauf qu’en 2 heures de temps on s’est fait accoster au moins 4 fois pour nous demander de l’argent … ambiance un peu bof et en plus les légumes achetés sur le marché n’étaient pas terrible, déception ! On se sauve et on file sur Gales Point, en passant par Belize City. 2ème grande ville que nous traversons  et franchement rien de spécial à dire la ville n’est pas fantastique, à part son cimetière traversé par la route !!  On passe et on croise … un camping-car français !! Non mais franchement, on peut se demander s’il y a quelqu’un qui bosse en France quand on voit tous ces gens qui se baladent. Non, je plaisante c’est super sympa de se rencontrer. On fait donc la connaissance de Sandrine et Michel et de leurs enfants Carla et Matéo. Ce sont des parisiens (nobody’s perfect !) qui ont un peu fui la capitale pour reprendre leur souffle. On se pose ensemble à la marina de Belize City et le lendemain on prend la route toujours ensemble vers Hopkins (nous n’irons donc pas vers Gales Point, oh zut alors on change encore nos plans, ouais et alors !). Nos fils s’entendent à merveille en 2 secondes, il faut dire que la Nintendo DS sait fort bien créer les liens ! Nous avions prévu de prendre encore une fois une route « jaune » sur notre carte. On n’a pas dû en avoir assez avec la route de Tuxtepec digne du ‘salaire de la peur’ ! Mais sur le parking d’un supermarché nous prenons compte des conseils d’un gars du coin qui nous annonce que cette route, jaune, est fréquentée actuellement par des camions de transports d’oranges, camions qui ont 18 roues au bas mot et passent par cette petite route qui s’avère être une piste. On est un peu effrayé et on prend la route « rouge » qui promet d’être meilleure. Un peu de répit pour notre camion ! On ne croisera qu’un transport de maison !

dsc8700.jpg

Hopkins semblait être une ville sympa en pleine culture ‘Garifuna’, c’est-à-dire un peu jamaïcaine. La musique de Bob Marley règne en maître ici et on sent vraiment une ambiance à part, très cool, pas de stress. On pensait le Mexique tranquille mais alors le Belize … ouahhhh !  LA COOL-ATTITUDE !  C’est fun, on s’est trouvé un bivouac de toute beauté entre cocotier et mer et avec la permission de Chris et Rich, 2 américains qui viennent du Colorado pour s’installer ici. Y’a pire quand même !! Et puis c’est cool, moins de moustiques, mais des puces de sable qui nous piquent tout autant !!! Pourquoi tous ces petits coins de paradis sont infestés de ces sales petites bestioles ? La vie est trop injuste ….

dsc8698.jpg dsc8733.jpg

Avant de passer la frontière, un petit tour au frais au Blue Hole sur la route de Belmopan : couleur et fraîcheur assuré. Nous avons la satisfaction de participer à la bonne démographie du moustique, on n’a pas tout perdu !

Nous quittons le Belize après 10 jours passés. Le passage se passe sans aucun souci, on paye la taxe de sortie de 38$ BZ par personne et bonne surprise, ça arrive parfois aux frontières, les enfants de moins de 9 ans ne payent pas ! Merci et au revoir, Guatemala, nous voilà !

 

PLUS DE PHOTOS

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×