Journal de bord du Panama

dsc1135.jpg

 Le 1er Fevrier 2012

A 6h00 Vendredi on est debout car c’est la frontière du Panama qui nous attend. Nous avons un changement d’heure : à 8h00 au Costa Rica il sera 9h00 au Panama. Donc si on ne veut pas avoir de problèmes avec la pause de midi ou de 11h00 ou de 13h00 suivant le côté où on se trouve, on part tôt pour entrer au Panama le matin même. On arrive bon pied, bon œil à 8h20 au tout petit poste frontière de Sixaloa. On voit enfin ce fameux pont tout délabré, tout vieux sur lequel nous allons devoir passer. Même si on sait que ce pont supporte le poids, ça fait toujours son petit effet ! Bref, direction la migration. Un tout petit bureau avec 2 guichets et juste un seul guichet d’occupé, tout va bien : 5mn et rien à payer ! Ensuite, vient l’annulation du permis d’importation temporaire, comme à chaque fois : 5mn et rien à payer ! En tout un petit quart d’heure et on remonte dans le camping-car prêt à franchir ce fameux pont. Sauf … qu’en arrivant, un gentil monsieur vient nous voir, tout désolé, pour nous dire qu’on ne pourra pas passer avant une heure parce qu’il y a des travaux en plein milieu. Et comme il n’y a qu’une seule voie on peut légitimement se demander à quelle heure on sera de l’autre côté. Le fantôme de la pause de midi ou de 11h00 ou de 13h00 approche !

Comme on n’est pas du genre à ne rien faire pendant une heure, on prend nos papiers et on file à la douane panaméenne. Le douanier de la migration, sous ses airs de dur à cuire, ne pose aucun problème pour les passeports et nous tamponne tout ça bien consciencieusement. . Pendant ce temps, Thierry s’occupe de changer les colones qui nous restent en dollars à un taux de change qui nous convient : 1$ pour 550 colones (taux officiel : 1$ pour 501 colones). Il existe une monnaie locale, le balboa, mais apparemment tout se traite en dollar.

Au tour de l’importation du véhicule : encore une assurance pseudo obligatoire ! Thierry remarque que les travaux sont terminés et repart côté Costa Rica chercher Peskebrel. Et il traverse le pont avant de passer d’office à la fumigation qui se trouve à l’arrivée ! Il en coûte encore 3$. Inspection du véhicule et le douanier dit à Thierry qu’on doit passer le revoir à son bureau. Le bureau de l’assurance ne fait pas très sérieux car on peut également y acheter des fringues, valises, chaussures et autres couvertures … Pourtant, la douane ne vous délivre pas de permis sans ce papier ! 15 $ pour un mois, on ne va pas chipoter et puis de toute façon on n’a pas le choix. Je reviens, tout ravie d’être assurée pour pas grand-chose, au bureau d’importation des véhicules. La jeune femme m’aboie dessus, je ne comprends rien. Peut-être essayait-elle de se faire entendre à cause du poids-lourd qui se trouve à moins de 1m de Briac et de moi ? Toujours est-il que nous avons notre permis rempli lui aussi très consciencieusement et tranquillement. Nous quittons la douane un peu crado, à nous le Panama !! Et le douanier que nous devions revoir dans son bureau de vigilencia, me direz-vous ? Oups, on a « oublié » ! En fait, on est vite repassé devant et on s’est barré, oui ! 3$ par passeport, il voulait nous faire payer : encore un impôt sans doute ! Eh bien, on ne les a pas payés ! Tant pis !

Nous aurons mis 1hoo pour cette douane, la plus rapide qu’on ait faite en Amérique centrale … Quand on pense que certaines personnes ont mis 6h00 pour cette frontière ! Je me pose la question : mais qu’est-ce qu’ils ont foutu ? Une pensée pour Sabine, Patrice, Sandrine et Michel et leurs enfants. Eh oui, mes amis nous sommes les rois des frontières … Du fait de notre extrême efficacité, on se dit qu’on a le temps de filer sur Panama Ciudad où se trouvent les Monti jusqu’au 29, date à laquelle ils reprendront l’avion pour de nouvelles aventures à Paris, en plein mois de Février… Sms envoyé, rendez-vous pris ; ils nous attendent de pied ferme avec les bières au frigo, bien sûr ! Quant à Sabine et Patrice, eux-aussi sont rentrés chez eux, mais en Guadeloupe. Niveau météo, ils sont un tout petit peu moins à plaindre !

dsc1153.jpg dsc1160.jpg

Nos premières impressions sur le Panama sont bonnes : les gens sont très sympas et souriants. Nous avons dû demander notre route plusieurs fois car il y a peu de panneaux d’indication de direction. A chaque fois, nous sommes bien renseignés et sans demander de contreparties financières ! Par contre, nous avions un peu oublié les déchets qui volent partout au Costa Rica, nous les retrouvons ici. C’est très dommage pour le pays qui est, comme toute l’Amérique Centrale, très beau mais gâché par tous ces détritus qui traînent partout.

dsc1211.jpgdsc1226.jpg dsc1245.jpg

Après 2 jours de route assidus … on s’est quand même arrêté à la plage pour se baigner et dormir, faut pas exagérer, non plus … on arrive tout fatigué Samedi vers 14h00 à Panama City, sur la pointe d’Amador. Les retrouvailles font du bien aux adultes et aux enfants ! Leur camping-car est déjà en route pour l’Allemagne et ils nous font profiter de leur expérience pour la préparation de l’embarquement du véhicule. Michel montre à Thierry les différents endroits dans lesquels il faut se rendre pour la régularisation des papiers. Les enfants profitent de la piscine de l’hôtel et les femmes nous papotons au bord de cette même piscine, en nous racontant nos différents déboires de ces 6 dernières semaines ! On les quitte à l’aéroport, en pleurant encore ! Bon courage pour les 3°C qui vous attendent à Paris …

dsc1187.jpg

 

 

 

 Le 07 Février 2012

Nous avons rendez-vous avec Arnaud et Lucie, et leurs 3 enfants pour aller en Colombie. Départ prévu le 04 février. Un SMS arrive sur mon portable : ils sont bloqués par une manifestation à un peu plus de 4heures de route de Panama City et de notre bivouac à Amador. Un groupe de minier a décidé de bloquer la Panaméricaine au niveau de Guabala et réclame la venue du Président. Bien sûr, lui réclame la levée du barrage avant toute négociation : le chien qui se mord la queue !!! En attendant nos compagnons de route, futurs, ne profitent pas de la vue sur le pont des Amériques, le canal et tous les cargos qui passent …

On a 2 autres dates de prévues mais il semble que le 16 février soit la plus cohérente. Pour nous cela devrait être la bonne. Car, pour les formalités il ne faut pas se louper : faire la réservation auprès du transitaire, aller  la police avec cette résa dans un 1er bureau ouvert de 10h à 11h, puis dans un autre bureau ouvert de 14h à 15h. Il est utile de préciser que ces 2 bureaux se trouvent l’un en face de l’autre dans le quartier très bien famé de Curundu. De plus vous êtes priés de vous pointer en pantalon et non en short ! Ensuite, il faut préparer le camping-car à la traversée en installant les plaques de sécurité, tout comme on l’avait fait à Anvers. Et enfin aller à Colon le déposer et le voir s’envoler dans les airs si on ne trouve que des LO-LO (Lift On-Lift Off) ! Ça  ne nous emballe pas comme méthode mais on n’a pas trop le choix pour l’instant. Le dépôt prend la journée entière.

dsc1255.jpg dsc1325.jpg

Ce week-end était prévu mouvementé à Amador avec un concert d’Elton John (qui n’est pas plus que ça notre tasse de thé !) et un autre évènement qui devait rassembler pas loin de 6000 voitures ! On a fui ! Notre première idée était de courir vers une plage du côté de Portobelo. Nous ne sommes pas tombés sous le charme de cette ancienne Forteresse Espagnole qui fut un des plus importants ports d’Amérique Centrale en son temps. Sans doute, parce qu’à peine arrêtés sur un parking tout pourri, un gamin nous a demandé 2 $ pour avoir le « privilège » de poser nos roues dans la boue de son terrain !!!  On n’est plus vraiment disposé à payer pour se garer, pour manger et boire une bière, ok mais se garer, non !

 

dsc1303.jpg

Autour de Portobelo, les plages sont super sales ou habitées et donc là encore pour poser nos 4 petites roues, au soleil et sans eau, ça va de 3$ à 30$ !! AAAARRRGGHHHH !! Demi-tour, on file sur le fort San Lorenzo, qui est également un parc national avec l’espoir de réussir à se garer avant la nuit. Bien sûr, nous arrivons dans les bouchons de Colon ! Mais alors quelle surprise quand, après avoir trouvé la route pour y aller, on se rend compte qu’on va carrément passer dans les écluses de Gatun et avec en prime un cargo immense qui attend à l’entrée. Je suis une vraie gamine tellement j’adore !

dsc1339.jpg

 

On ne peut pas rester dormir là, dommage ! L’entrée du Fort Espagnol est gardée par de charmants militaires, tout gentil. On trouve un spot du tonnerre à fort Sherman  avec vue sur Colon et les cargos qui patientent bien gentiment avant d’entrer dans le Canal de Panama. De nuit, c’est beau comme tout ! On adore !!! Cerise sur le gâteau, la plage n’est pas trop sale, c’est calme, il y a de l’eau, des douches, le paradis pour camping-cariste !! Et le lendemain après-midi, on s’est fait virer …pour cause de fête un peu trop arrosée, trop bruyante et trop armée !! Il y a 3 semaines les autorités ont décidé de fermer ce tout petit bout de plage. Qu’à cela ne tienne, on trouve un autre spot un peu plus loin, après la Marina. Après avoir obtenu l’autorisation, on s’installe.

dsc1354.jpg

dsc1375.jpg

Le lendemain, visite des écluses de Gatun : 1ères écluses passées par les bateaux en provenance de l’Atlantique. On se fait le plaisir de repasser à l’intérieur. On monte sur le mirador installé pour les touristes et on admire. Thierry et moi sommes fascinés par la logistique et la mécanique que tout cela suppose, Briac aussi la première heure ! Tout est réglé comme sur du papier à musique : c’est l’impression qu’on a en tout cas et quand on a eu affaire aux Panaméens et leur ‘jmenfoutisme’ dans les boutiques, restos ou bars on se demande comment ils font, mais ceci est une autre affaire.

dsc1392.jpg dsc1393.jpg dsc1406.jpg

Toujours est-il que le matin les bateaux traversent d’Est en Ouest et l’après-midi dans l’autre sens. Il y environ 38 navires par jour et ils mettent entre 8 et 10 heures pour passer d’un océan à l’autre. On a calculé le temps pour une écluse : entre 1h et 1h30. Un canal dont la construction a débuté en 1880 par les français et reprise en 1903 par les Etats-unis pour s’achever en 1913. L’infrastructure commencera à fonctionner en 1914. Pour fêter les 100 ans du canal, le Panama, gestionnaire à 100% depuis le 31/12/1999, s’emploie à l’élargir en construisant 3 autres jeux d’écluses doublant ainsi la capacité du canal à ingurgité ces énormes monstres des mers. . Nous sommes restés 3h30 à regarder le fonctionnement ; on n’a pas pu s’empêcher de penser à nos pères respectifs qui auraient adoré voir ça.

dsc1419.jpg dsc1430.jpg

Après tous ces bateaux, on a visité un petit zoo à Summit. Briac voulait tellement voir un tapir que nous avons fait l’effort d’aller le voir en cage ; la difficulté étant grande de le voir en liberté et à 1$ l’entrée on n’allait pas non plus le priver. On a bien vu le tapir, le jaguar, l’ocelot et les toucans. Mais ce zoo est absolument dégoutant, tout le monde donne à manger des chips avec le sachet plastique à ces pauvres singes enfermés dans des cages dégueulasses !!!! C’est dommage et écoeurant.dsc1533.jpg

 

 

 Le 14 Février 2012

dsc1603.jpg

Nous sommes le vendredi 10 Février et on a réussi enfin à réserver notre bateau avec Seabord. Seul problème ils ont tellement l’habitude de se faire payer en cash (environ 3000$ quand même !) que lorsque nous leur demandons leur IBAN pour virer l’argent sur leur compte, ils sont incapables de nous le donner. Pour une agence internationale : surprenant ! On attend que leur banque veuille bien se réveiller et comprendre ce qu’on demande, surtout qu’ils nous affirmer qu’on pouvait payer par virement internationale. Il est des mystères comme ça qu’on a un peu de mal à résoudre !

Quoi qu’il en soit le départ de notre maison est prévu le 18 Février de Colon avec l’arrivée prévue elle le 19 à Cartagena en Colombie. 1 journée de traversée coute aussi chère que 10 jours pour passer de Belgique au Canada, et le camping-car ne passera même pas le canal ! L’avion et les hôtels sont réservés : une bonne chose de faite ! Nous arriverons en plus en période de carnaval et d’après ce qu’on a entendu dire beaucoup de monde arrive pour les festivités. Effectivement, lors de mes recherches j’ai pu me rendre compte que beaucoup de gens réservaient au même moment que nous et de partout dans le monde !

Soulagés que nous sommes, au moins pour une partie, nous emmenons Arnaud, Lucie et leurs enfants aux écluses de Gatun. Lucie, comme moi, est toute excitée à l’idée de passer à l’intérieur. Notre première idée de bivouaquer en surplombant les écluses n’a pas été au gout de la sécurité qui nous a gentiment demandé de partir. Ils ont eu la gentillesse de nous indiquer un autre endroit mais beaucoup moins fun ! On décide de retourner à notre bivouac de fort Sherman et l’apéro dehors  face au port de Colon et la lune clos formidablement bien la journée un peu tourmentée …

dsc1605.jpg

 

 Le 22 Février 2012

dsc1615.jpg

Les surprises ne manquent pas quand on veut embarquer un véhicule du Panama à la Colombie !! Je ne sais pas si dans le sens inverse c’est la même chose. Toujours est-il que là c’est folklo, pire que toutes les frontières terrestres réunies !

Petit compte rendu juste pour rire :

Tout a commencé de bon matin un Mardi 15 Février. Il fait beau et chaud. Arnaud et sa famille et Thierry vont faire les papiers aux 2 postes de police. Briac et moi restons à la Marina pour les sempiternelles lessives et leçons (merci Sandrine !!). Un bureau ouvert le matin ouvert de 10h à 11h et l’autre l’après-midi de 14h30 à 16h30. Dans l’ordre car l’inspection dans le premier poste sert à faire les papiers dans le deuxième. On obtient l’indispensable un permiso valable 8 jours. Vues les tranches horaires, il vaut mieux ne pas se rater et s’y prendre un jour en avance.

Cette première épreuve s'est bien passée, à part qu'ils se sont plantés une fois sur nos papiers en ne mettant pas la bonne immat et sur les papiers d'Arnaud, qui s'est retrouvé avec son véhicule à notre nom !! Un classique, quoi !! Rien de bien extraordinaire !

Entre les deux rendez-vous, ils décident de faire laver 1 camping-car (toujours utile avant un passage de cargo !) et vont chez Seabord pour tenter de régler la traversée.

Et là, Thierry est sorti de ses gonds !! Il faut dire qu'ils se sont déplacés Jeudi pour faire les papiers. Le mec, Eric Hansen (qui ne ressemble pas du tout au grand blond aux yeux bleus  qu’on pourrait s'attendre à voir ... mais est bon panaméen brun aux yeux noirs ! déception pour toutes les femmes !!) leur a dit à nos deux hommes qu'il allait nous envoyer le code iban pour payer par virement. Ouais sauf que le mail on ne l’a jamais reçu, même on l'attend encore ! Arnaud l'a quand même appelé 2 fois !

Donc ce mardi, ils tombent sur un type, qu'on avait déjà vu une première fois et que j'avais un peu rembarré. D'ailleurs on était parti !! Je déteste que quelqu’un me prenne pour une zozotte et me parle avec sa main devant la bouche, je sais je suis un peu chiante !

Bref, ils ont la chance de retomber sur lui puisque Mr Hansen, même pas blond, n'est pas visible. Ils passent sa vie en réunion cet homme. Ce type leur dit qu'il faut aller faire vérifier les mesures à Colon-Coupe-Gorge et aller payer à Colon-Coupe-Gorge avec 3000$ dans les poches. Quoi de plus normal !! C'est là que mon Thierry a pété son câble !

Ils ont réussi après maintes discussions à payer en Cash mais à Panama City. Les voilà partis à la banque avec leur torche-cul en guise de reçu ! Ils reviennent chez Seabord tout contents avec leur récibo, pas moins torche-cul qu'à l'aller ! Mais à la caisse (petite chaise entre 2 murs : c'est la traduction de caisse !!) le type en face de Thierry lit, relit et re-relit le papier, prend son téléphone ... Thierry s'enquiert de cette intention ! Le mec essaye d'appeler Colon-Coupe-Gorge (encore !!) pour la confirmation des dimensions (encore, encore!!). Sur l'entre-fait, Mr Hansen (toujours pas blond aux yeux bleus) fait son entrée et je crois qu'il en a eu pour son grade !!

On vient de recevoir un mail d'excuse de la part du faux Norvégien nous expliquant que les ibans étaient un système européens et qu'ici ça ne fonctionnait pas !! Et que même à Miami, ils n'ont pas pu l'aider pour l'instant. On croit rêver,  Isn't it !!??!!

Ça, c’était avant d’embarquer le camping-car Vendredi 18 février. Départ de l’expédition 7h00, arrivée au port 8h45. Nos deux commandos (les femmes sont restées dans leurs hôtels respectifs : pas folles les guêpes !!) trouvent les bureaux de Seabord. Et toujours avec ce non-professionnalisme qui les caractérise, les agents leur ont indiqué d’aller dans une douane alors qu’il fallait d’abord aller dans une autre douane (oui, ici, au Panama il y a deux bureaux de douanes différents, oui ça surprend mais …). Ils font contrôler les camping-cars et surprise bonne cette fois ils acceptent qu’on garde les bouteilles de gaz alors que tous les forums, blogs annoncent que c’est impossible !! Ils récupèrent un papier manuscrit que la douane refuse car ils n’acceptent que les papiers informatiques !! Bref, ce fut une longue journée d’aller-retour et d’attente. Par contre les gars sont très sympas, mais comme on dit il manquerait plus qu’ils mordent ! Clin d'œil

Retour à 20h30 après avoir chopé un bus Seabord ( !) qui les a ramenés gratuitement à Panama.

La maison a embarqué et on apprend que le bateau a 3 jours de retard ! On ne change pas une équipe qui gagne… 3 nuits d’hôtel en plus …Quand on dit que le maître mot est PATIENCE. Voilà une notion à toujours garder en mémoire … nouveau pour moi !!

Nous allons nous détendre en visitant le centre- ville de Panama. Quand les étasuniens sont venus ici pour le canal, ils ont voulu reconstruire un petit New-York avec de grands buildings aux formes étonnantes parfois. Nous on aime bien !

dsc1626.jpg

Il est temps de prendre l’avion pour Bogota :

AU REVOIR PANAMA

dsc1617.jpg

 

PLUS DE PHOTOS

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×