Voyage-test Andalousie 07/2010

 

   07 Juillet 2010 : en route pour le premier voyage en camping-car !

A peine rentrés du boulot, on charge les dernières affaires, on récupère le fiston qui était chez Mamie pour les vacances et de la route !

C'est parti pour 3 semaines de vacances !

2H30 après premier arrêt pour la nuit à Marans, le long de la rivière, petite ville très jolie, les manoeuvres sont un peu risquées par endroit car ce sont des petites rues. Tout se passe bien jusqu'à Mont de Marsan où le camion que nous suivons arrache des fils téléphoniques, qui évidemment tombent sur le toit de notre nouveau BB, tout neuf il était !! Bon 3 heures d'arrêt pendant lesquelles Thierry fait la circulation en attendant que les autorités daignent arriver sur les lieux. Petit passage à la Gendarmerie pour porter plainte, parce que, bien sûr le camion ne s'est pas arrêté ; et ça ne fait pas 24 heures qu'on est parti !!!

OK on garde son calme, on essaye en tout cas et on repart direction l'Espagne, le soleil, la mer, la chaleur tout sauf les camions !

Premier arrêt après le frontière Chimillos tout petit village adorable avec pleins de cigognes sur le clocher de l'église, sincèrement je n'en avais jamais vu autant d'un seul coup, superbes ! et les habitants d'une gentillesse !, vraiment ça rattrappe le reste de la journée. 

Debout de bonne heure, direction Seville. On roule toute la journée, on arrive tard le soir. En Espagne pas d'aires de Camping-car, ou très peu !, donc à Seville recherche d'eau et d'un bivouac. L'eau n'est pas potable partout ; en France devant un cimetière l'eau est potable pas en Espagne et surtout en Andalousie qui est une région dans laquelle l'eau est difficile à approvisionner et est plus couteuse pendant les mois d'été, (c'est ce que nous a expliqué le gardien du site archéologique de Los Milares, qui nous a servi de point de ravitaillement en eau !). Revenons à Seville ! on a réussi à trouver de l'eau dans une station essence qui a gentiment accepté de nous laisser nous servir et nous avons trouvé un coin pour dormir de rêve : derrière une gargotte, le long de la 4 voies, entre 2 tas de détritus et dans la poussière, et là " LE DOUTE ",  la fatigue est là et n'arrange pas l'analyse de la journée !

Au réveil, la vue du bivouac est plus que glauque et franchement, nous sommes novices et peut-être un peu naifs et on n'avait pas pensé à ce côté-là du test ! On était prêt à tester notre capacité à vivre dans 15 m²mais pour être honnête on n'était pas prêt à tester autre chose !!! oh lla la 3 semaines comme ça, ça va être dur ! Bon allez visite de Seville : une très belle ville mais trop épuisés pour apprécier, dommage on y retournera lors d'un autre voyage !!

On reprend notre chemin vers la côte, direction Chipiona port et petite station touristique, très mignonne, très animée mais bivouac sympa sur le parking du port en bordure de plage. Nous ne sommes pas les seuls camping-caristes sur ce parking et nous entamons la conversation avec un vacancier espagnol qui nous confirme que chez eux il n' y a pas d'aires spécifiques, car très peu de camping-car en Espagne et d'ailleurs en y repensant c'est vrai que depuis qu'on a passé la frontière on n'en a pas croisé beaucoup !

Bon ! soit, il va falloir s'y faire, mais les 3 premiers jours sont un peu difficiles : nouvelle organisation, nouvelle vision de ces vacances. Une fois cela admis nous avons complètement changé notre façon de faire. Notre première préoccupation en changeant de lieux a été de rechercher notre bivouac, pour l'eau ce seront les stations services qui nous alimenteront et pour les toilettes....eh bien nous achetons une pelle militaire et nous creusons, puisque nous n'utilisons pas de produits chimiques nous pouvons le faire !

Une fois cela mis au point et admis les vacances peuvent enfin commencer !

Donc 2 nuits de bivouac et de repos à Chipiona et direction Cadix à la recherche de la Belle ! nous ne l'avons pas trouvé, par contre nous sommes arrivés le soir de la finale de la coupe du Monde de Foot alors ambiance !! peu de restos ouverts dans la vieille ville mais des confettis, des drapeaux, des cris mais franchement sympa ; même quand on n'aime pas le foot comme nous ! 

 Enfin sympa, ouais...sauf la nuit. Garés près du port de plaisance, nous n'avions pas remarqué la discothèque à ciel ouvert à seulement 200 mètres de nous !!!! Les Espagnols ont donc fêté la victoire de leur équipe jusqu'à 5 heures du matin. (allez, on leur pardonne!) Seul notre fils a bien dormi et rien entendu.

6ème jour direction Tarifa : spot de kite-surf. Pendant 15 jours en Juillet un vent spécial ( je ne sais pas pourquoi mais il paraît qu'il est spécial !) souffle et nous arrivons juste à ce moment-là, génial ! tous ces kites-surfs de toutes les couleurs : magnifiques !! on se gare dans un champ, dans lequel il y a beaucoup de camping-cars et fourgons, mais on trouve un coin un peu tranquille pas très loin d'un couple de Bordelais, avec lesquels nous sympathisons. Nous passons 2 soirées extras entre mer et montagne, avec vue sur les côtes du Maroc  Nous nous séparons au bout de ces 2 jours, Marie et Vincent vont vers le Portugal et nous vers Grenade.

Différents arrêts, Sabinillas , Malaga par la sierra de Las Nieves jusqu'à Cabo de Gata la pointe de l'Espagne : un coin superbe avec des côtes découpées qui ressemble aux notres en Bretagne mais qui se mérite ! Pour y arriver passage obligatoire par une petite route ne pouvant laisser passer qu'un véhicule, avec nos plus de 2 m de large  lorsqu'une voiture arrive en face le stress monte et effectivement, le conducteur andalous n'a pas l'intention de faire un effort ! bon au bout 5 mn qui sont très longues il daigne se coller un peu contre la paroi rocheuse pendant que nous, nous sommes collés au parapet donnant sur un précipice hum, cool !Bref on arrive à passer et le lendemain, (après une soirée en compagnie des moustiques !), pour repartir re-belote il n'y a qu'une route mais cette fois personne ... ouf ! Nous ne nous arrêtons pas à Marbella, juste une traversée, le St-Tropez Andalous ne nous intéresse pas spécialement . Par contre la visite de Mijas, et aussi le chemin pour y parvenir, vaut vraiment le détour : c'est un petit village à flanc de montagne, des maisons super mignonnes et des ânes partout !!! une ambiance vraiment à part, un peu touriste quand même mais bon !!!  

Nous prendrons ensuite la direction de Nerja, où nous décidons de chercher un camping pour la nuit. Ca nous permet de faire une lessive et de prendre une douche bien chaude, et surtout un peu plus longue que d'habitude.nous profitons également de la piscine et Briac apprécie de pouvoir nager tranquillement. Et comme il est très sociable il fait connaissance d'un petit français et du coup il passe pratiquement toute la soirée ensemble à jouer : ça lui fait du bien de se retrouver avec quelqu'un de son âge ! Et nous passons une nuit au calme : pas de voitures, pas de musiques, pas de vent rien que le SILENCE ! 

Il est temps pour nous de rejoindre Grenade et son Alhambra si réputée. Nous passons par la Sierra Nevada.

Initialement, nous pensions dormir en pleine Sierra. L'avancé nous fera changer d'avis. La route est récente, la montagne a été découpée de part et d'autre afin de l'élargir. Des filets de retenue ont été posés mais n'ont pas empêché les éboulements. Ainsi la route, parfois encombrée et parfois effondrée, nous inquiète quant à la stabilité de cette montagne. De plus, nous ne croisons pas de plateaux qui nous auraient permis de dormir loin de la route. Ceci dit, nous ne sommes pas déçus. Le paysage est magnifique, entre verdoyance et aridité. Ce qui nous frappe le plus et cela depuis le début, c'est l'assèchement des cours d'eau. Nous continuons donc jusqu'à Lanjaron où nous passerons la nuit près du barrage de Beznar. 

 

19 Juillet, nous partons pour la station de ski "Sierra Nevada". Objectif : une aire de services située à 2380 mètres. Là, pas de déception, le paysage est magnifique et une ballade en télécabine puis télésiège plus tard nous sommes à 3000 m : la vue est épatante et bien sûr la neige éternellement froide.

Le lendemain, visite de l'Alhambra. La réputation de beauté n'est pas surfaite et nous sommes ébahis devant le travail ahurissant de construction ainsi que de celui d'entretien. D'ailleurs la quantité d'eau utilisée quotidiennement détonne avec la faiblesse des cours d'eau environnants. 

Mais voilà il est temps de penser au retour ! Nous devons remonter jusqu'à Rennes et décidons de programmer 2/3 jours en bord de mer dans les landes, ce qui nous laisse peu de jours pour rejoindre la frontière tout en continuant les visites.

Direction Cordoba, Marie que nous avions rencontré à Tarifa nous a vraiment vanté la beauté de cette ville  et nous décidons d'y aller. Nous y arrivons vers 16HOO ce qui nous permet de commencer la visite. Après repérage des lieux incontournables pour demain, nous profitons du coucher de soleil pour faire une ballade en calèche. Pas trop de monde et des couleurs magnifiques, c'était le bon moment. 

Auparavant, nous avions déniché notre lieu de bivouac. Une base nautique (S.Rafael de Navallana) entre 2 barrages. Malheureusement, nous n'avions pas bien mesuré la difficulté d'accès. En pleine nuit commence le franchissement de petites ravines et là pour la première fois, l'arrière du camping-car frotte. Oups ! plus de peur que de mal, juste une petite tôle de pliée et le pare-choc n'a rien. Au matin Thierry desserre le frein à main en ayant oublié de remonter les verins. Là aussi rien de grave, ce sera repositionné une fois revenu.

Marie n'avait pas menti. La mezquita est somptueuse et les ruelles nous plongent dans une autre époque. Il fait chaud mais les différents lieux de visite nous offrent de l'ombre et la fraicheur intérieures typiques des constructions espagnoles.

Milieu d'après-midi, nous reprenons la route. Direction Toledo. Petit pincement au coeur, ça sent de plus en plus le retour et on ne s'attend plus à vivre et découvrir de nouvelles choses.

Erreur !!! l'arrivée sur Toledo nous écarquille les yeux : Une ancienne fortification où toutes les pierres semblent avoir été restaurées. Avec sa rivière en contre-bas elle devait être difficile à approcher. Finalement, cette ville est classée au patrimoine de l'humanité, ceci expliquant cela.... 

Ce soir là, pas moyen de s'accorder pour un resto, ce sera grignotte avec couché de soleil à Argès au bord de la base nautique de Guajaraz.

Une nuit paisible et un matin ensoleillé plus tard on part pour Burgos. La France se rapproche de plus en plus et la chaleur nous quitte. Nous passons une nuit froide (-1°), pour la première fois nous démarrons le chauffage. Comme tout appareil neuf, l'odeur n'est pas super sympa mais on n'a plus froid et c'est le principal. Nous sommes dans un petit camping tenu par des Russes. Leur fille parle le Russe, l'Anglais et l'Espagnol bien sûr et s'occupe de l'accueil et du bar. Briac fait tout de suite connaissance du fils de la famille et part fait du skate avec lui ; et nous nous sommes super contents de le voir si facilement avec d'autres enfants, c'est rassurant et prometteur pour le voyage qui nous attend. Petit camping très mignon et parfait pour une halte de 2 ou 3 Jours mais voilà si on veut se poser un peu en bord de mer il faut qu'on reparte pour passer la frontière et trouver un coin près de la mer pour dormir ce soir.

24 Juillet 16 Heures nous sommes en France, à la frontière on fait une petite pause boutique : attrape-touriste en puissance ! on remballe, avec un plat à paëlla : on s'est fait avoir oh non ! Direction St Jean de Luz et là on se dit cool pour trouver un bivouac on est en France et on devrait trouver facilement sans avoir besoin de se poser trop de questions quelle desillusion quand après 2 heures de recherche nous ne sommes toujours pas installés : St Jean pas de place sur un parking archi bondé : même pas de place pour ouvrir la porte de la soute !!?? Même scénario à Biarritz, à Bayonne, à Hoossegor et bien d'autres ; nous nous approchons de Seignosses et trouvons un petit coin sur une aire de camping-car payante, certes mais nous sommes garés ! 

Ils sont bien loin nos bivouacs en bord de plage, nous sommes vraiment rentrés en France interdiction de squatter n'importe où. Trop d'abus, sans doute, ont du imposer une telle réglementation. Dommage on perd un peu le plaisir du Camping-car. Une fois de plus Briac est champion pour se faire des petits copains et le voilà en train de faire du vélo avec un petit garçon anglais et 3 autres espagnols. C'est beau la facilité avec laquelle les enfants se lient d'amitié ! Seule ombre au tableau : le temps, après 3 semaines de soleil sans nuages, de ciel bleu on se retrouve sous la pluie à pédaler pour trouver une plage ( après tout nous sommes bretons alors la pluie même pas peur ! ).

Voilà comment se termine ces 3 semaines de vacances sous le soleil espagnol. Nous revenons heureux de cette expérience. Ce fut vraiment un voyage pendant lequel nous nous sommes mis à l'épreuve nous et le camping-car qui en a vu un peu plus qu'il le devait ; mais cela nous a conforté dans notre choix de partir dans ce périple qui va nous emmener à travers 35 pays, environ 80000 km et 3 années de notre vie !!!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site